hgbook / fr / ch02-tour-basic.xml

   1
   2
   3
   4
   5
   6
   7
   8
   9
  10
  11
  12
  13
  14
  15
  16
  17
  18
  19
  20
  21
  22
  23
  24
  25
  26
  27
  28
  29
  30
  31
  32
  33
  34
  35
  36
  37
  38
  39
  40
  41
  42
  43
  44
  45
  46
  47
  48
  49
  50
  51
  52
  53
  54
  55
  56
  57
  58
  59
  60
  61
  62
  63
  64
  65
  66
  67
  68
  69
  70
  71
  72
  73
  74
  75
  76
  77
  78
  79
  80
  81
  82
  83
  84
  85
  86
  87
  88
  89
  90
  91
  92
  93
  94
  95
  96
  97
  98
  99
 100
 101
 102
 103
 104
 105
 106
 107
 108
 109
 110
 111
 112
 113
 114
 115
 116
 117
 118
 119
 120
 121
 122
 123
 124
 125
 126
 127
 128
 129
 130
 131
 132
 133
 134
 135
 136
 137
 138
 139
 140
 141
 142
 143
 144
 145
 146
 147
 148
 149
 150
 151
 152
 153
 154
 155
 156
 157
 158
 159
 160
 161
 162
 163
 164
 165
 166
 167
 168
 169
 170
 171
 172
 173
 174
 175
 176
 177
 178
 179
 180
 181
 182
 183
 184
 185
 186
 187
 188
 189
 190
 191
 192
 193
 194
 195
 196
 197
 198
 199
 200
 201
 202
 203
 204
 205
 206
 207
 208
 209
 210
 211
 212
 213
 214
 215
 216
 217
 218
 219
 220
 221
 222
 223
 224
 225
 226
 227
 228
 229
 230
 231
 232
 233
 234
 235
 236
 237
 238
 239
 240
 241
 242
 243
 244
 245
 246
 247
 248
 249
 250
 251
 252
 253
 254
 255
 256
 257
 258
 259
 260
 261
 262
 263
 264
 265
 266
 267
 268
 269
 270
 271
 272
 273
 274
 275
 276
 277
 278
 279
 280
 281
 282
 283
 284
 285
 286
 287
 288
 289
 290
 291
 292
 293
 294
 295
 296
 297
 298
 299
 300
 301
 302
 303
 304
 305
 306
 307
 308
 309
 310
 311
 312
 313
 314
 315
 316
 317
 318
 319
 320
 321
 322
 323
 324
 325
 326
 327
 328
 329
 330
 331
 332
 333
 334
 335
 336
 337
 338
 339
 340
 341
 342
 343
 344
 345
 346
 347
 348
 349
 350
 351
 352
 353
 354
 355
 356
 357
 358
 359
 360
 361
 362
 363
 364
 365
 366
 367
 368
 369
 370
 371
 372
 373
 374
 375
 376
 377
 378
 379
 380
 381
 382
 383
 384
 385
 386
 387
 388
 389
 390
 391
 392
 393
 394
 395
 396
 397
 398
 399
 400
 401
 402
 403
 404
 405
 406
 407
 408
 409
 410
 411
 412
 413
 414
 415
 416
 417
 418
 419
 420
 421
 422
 423
 424
 425
 426
 427
 428
 429
 430
 431
 432
 433
 434
 435
 436
 437
 438
 439
 440
 441
 442
 443
 444
 445
 446
 447
 448
 449
 450
 451
 452
 453
 454
 455
 456
 457
 458
 459
 460
 461
 462
 463
 464
 465
 466
 467
 468
 469
 470
 471
 472
 473
 474
 475
 476
 477
 478
 479
 480
 481
 482
 483
 484
 485
 486
 487
 488
 489
 490
 491
 492
 493
 494
 495
 496
 497
 498
 499
 500
 501
 502
 503
 504
 505
 506
 507
 508
 509
 510
 511
 512
 513
 514
 515
 516
 517
 518
 519
 520
 521
 522
 523
 524
 525
 526
 527
 528
 529
 530
 531
 532
 533
 534
 535
 536
 537
 538
 539
 540
 541
 542
 543
 544
 545
 546
 547
 548
 549
 550
 551
 552
 553
 554
 555
 556
 557
 558
 559
 560
 561
 562
 563
 564
 565
 566
 567
 568
 569
 570
 571
 572
 573
 574
 575
 576
 577
 578
 579
 580
 581
 582
 583
 584
 585
 586
 587
 588
 589
 590
 591
 592
 593
 594
 595
 596
 597
 598
 599
 600
 601
 602
 603
 604
 605
 606
 607
 608
 609
 610
 611
 612
 613
 614
 615
 616
 617
 618
 619
 620
 621
 622
 623
 624
 625
 626
 627
 628
 629
 630
 631
 632
 633
 634
 635
 636
 637
 638
 639
 640
 641
 642
 643
 644
 645
 646
 647
 648
 649
 650
 651
 652
 653
 654
 655
 656
 657
 658
 659
 660
 661
 662
 663
 664
 665
 666
 667
 668
 669
 670
 671
 672
 673
 674
 675
 676
 677
 678
 679
 680
 681
 682
 683
 684
 685
 686
 687
 688
 689
 690
 691
 692
 693
 694
 695
 696
 697
 698
 699
 700
 701
 702
 703
 704
 705
 706
 707
 708
 709
 710
 711
 712
 713
 714
 715
 716
 717
 718
 719
 720
 721
 722
 723
 724
 725
 726
 727
 728
 729
 730
 731
 732
 733
 734
 735
 736
 737
 738
 739
 740
 741
 742
 743
 744
 745
 746
 747
 748
 749
 750
 751
 752
 753
 754
 755
 756
 757
 758
 759
 760
 761
 762
 763
 764
 765
 766
 767
 768
 769
 770
 771
 772
 773
 774
 775
 776
 777
 778
 779
 780
 781
 782
 783
 784
 785
 786
 787
 788
 789
 790
 791
 792
 793
 794
 795
 796
 797
 798
 799
 800
 801
 802
 803
 804
 805
 806
 807
 808
 809
 810
 811
 812
 813
 814
 815
 816
 817
 818
 819
 820
 821
 822
 823
 824
 825
 826
 827
 828
 829
 830
 831
 832
 833
 834
 835
 836
 837
 838
 839
 840
 841
 842
 843
 844
 845
 846
 847
 848
 849
 850
 851
 852
 853
 854
 855
 856
 857
 858
 859
 860
 861
 862
 863
 864
 865
 866
 867
 868
 869
 870
 871
 872
 873
 874
 875
 876
 877
 878
 879
 880
 881
 882
 883
 884
 885
 886
 887
 888
 889
 890
 891
 892
 893
 894
 895
 896
 897
 898
 899
 900
 901
 902
 903
 904
 905
 906
 907
 908
 909
 910
 911
 912
 913
 914
 915
 916
 917
 918
 919
 920
 921
 922
 923
 924
 925
 926
 927
 928
 929
 930
 931
 932
 933
 934
 935
 936
 937
 938
 939
 940
 941
 942
 943
 944
 945
 946
 947
 948
 949
 950
 951
 952
 953
 954
 955
 956
 957
 958
 959
 960
 961
 962
 963
 964
 965
 966
 967
 968
 969
 970
 971
 972
 973
 974
 975
 976
 977
 978
 979
 980
 981
 982
 983
 984
 985
 986
 987
 988
 989
 990
 991
 992
 993
 994
 995
 996
 997
 998
 999
1000
1001
1002
1003
1004
1005
1006
1007
1008
1009
1010
1011
1012
1013
1014
1015
1016
1017
1018
<!-- vim: set filetype=docbkxml shiftwidth=2 autoindent expandtab tw=77 : -->

<chapter id="chap:tour-basic">
  <?dbhtml filename="a-tour-of-mercurial-the-basics.html"?>
  <title>Une rapide présentation de Mercurial : les bases</title>

  <sect1>
    <title>Installer Mercurial sur votre système</title>

    <para id="x_1">Des paquetages binaires de Mercurial sont disponibles pour la
      plupart des systèmes d'exploitation, ce qui rend facile l'utilisation
      immédiate de Mercurial sur votre ordinateur.</para>

    <sect2>
      <title>Windows</title>

      <para id="x_c">La meilleure version de Mercurial pour Windows est
        TortoiseHg, qui peut être téléchargée ici : <ulink
          url="http://bitbucket.org/tortoisehg/stable/wiki/Home">http://bitbucket.org/tortoisehg/stable/wiki/Home</ulink>.
        Ce logiciel n'a aucune dépendance exterieure ; il fonctionne <quote>et
          c'est tout</quote>. Il fournit aussi bien les outils en ligne de
        commmande qu'une interface graphique.</para>
 
    </sect2>

    <sect2>
      <title>Mac OS X</title>
  
      <para id="x_a">Lee Cantey publie un installeur de Mercurial pour Mac OS
        X sur <ulink
          url="http://mercurial.berkwood.com">http://mercurial.berkwood.com</ulink>.</para>
    </sect2>
      
    <sect2>
      <title>Linux</title>

      <para id="x_2">Parce que chaque distribution de Linux a ses propres
        outils de gestion de paquets, politiques et rythmes de
        développements, il est difficile de donner un ensemble
        d'instructions unique pour installer les binaires de Mercurial. La
        version de Mercurial avec laquelle vous vous retrouverez dépendra
        grandement de l'activité de la personne en charge du paquetage pour
        la distribution.</para>

      <para id="x_3">Pour rester simple, je me concentrerai sur
        l'installation de Mercurial en ligne de commande, sous les
        distributions les plus courantes. La plupart des distributions
        fournissent des gestionnaires graphiques de paquetage qui vous
        permettront d'installer Mercurial en quelques clicks. Le paquetage
        devrait se nommer <literal>mercurial</literal>.</para>

      <itemizedlist>
        <listitem><para id="x_4">Ubuntu et Debian :</para>
          <programlisting>apt-get install mercurial</programlisting></listitem>
        <listitem><para id="x_5">Fedora :</para>
          <programlisting>yum install mercurial</programlisting></listitem>
        <listitem><para id="x_6">Gentoo :</para>
           <programlisting>emerge mercurial</programlisting></listitem>
        <listitem><para id="x_715">OpenSUSE :</para>
          <programlisting>zypper install
          mercurial</programlisting></listitem>
      </itemizedlist>

    </sect2>
    <sect2>
      <title>Solaris</title>

      <para id="x_09">SunFreeWare, à <ulink 
      url="http://www.sunfreeware.com">http://www.sunfreeware.com</ulink>,
      fournit des paquets précompilés pour Mercurial.</para>
    </sect2>
  </sect1>

  <sect1>
    <title>Commencer à utiliser Mercurial</title>

    <para id="x_e">Pour commencer, nous utiliserons la commande <command
        role="hg-cmd">hg version</command> pour vérifier si Mercurial est
      installé proprement. L'information de version affichée n'est
      pas réellement importante en soi, c'est surtout de savoir si elles
      s'affichent qui nous intéresse.</para>

    &interaction.tour.version;

    <sect2>
      <title>L'aide intégrée</title>

      <para id="x_f">Mercurial fournit un système d'aide intégré, ce qui est
        inestimable quand vous vous retrouvez coincé à essayer de vous
        rappeler comment lancer une commande. Si vous êtes bloqué, exécutez
        simplement <command role="hg-cmd">hg help</command> ; elle affichera
        une brève liste des commandes, avec une description pour chacune. Si
        vous demandez de l'aide sur une commande spécifique (voir
        ci-dessous), elle affichera des informations plus détaillées.</para>

      &interaction.tour.help;

      <para id="x_10">Pour un niveau d'informations encore plus détaillé 
        (ce dont vous aurez rarement besoin), exécutez <command role="hg-cmd">hg 
        help <option role="hg-opt-global">-v</option></command>.  L'option 
        <option role="hg-opt-global">-v</option> est l'abréviation de 
        <option role="hg-opt-global">--verbose</option>, et indique à Mercurial 
        d'afficher plus d'informations que d'habitude.</para>

     </sect2>
  </sect1>
  <sect1>
    <title>Travailler avec un dépôt</title>

    <para id="x_11">Avec Mercurial, tout se déroule au sein d'un 
      <emphasis>dépôt</emphasis>. Le dépôt d'un projet contient tous 
      les fichiers qui <quote>appartiennent</quote> au projet.</para>

    <para id="x_12">Il n'y a rien de particulièrement magique au sujet de 
      ce dépôt, c'est simplement une arborescence sur votre système de fichiers 
      que Mercurial traite de manière spéciale. Vous pouvez renommer ou effacer 
      ce répertoire à n'importe quel moment, en utilisant la ligne de commande 
      ou votre explorateur de fichiers.</para>

    <sect2>
      <title>Faire une copie locale de votre dépôt</title>
      
      <para id="x_13"><emphasis>Copier</emphasis> un dépôt est juste un 
        peu spécial. Bien que vous puissiez utiliser une commande habituelle de 
        copie pour copier votre dépôt, il vaut mieux utiliser une commande fournie par
        Mercurial. Cette commande est appelée <command role="hg-cmd">hg clone</command>, 
        car elle crée une copie identique à un dépôt existant.</para>

      &interaction.tour.clone;

      <para id="x_67c">Un avantage de la commande <command role="hg-cmd">hg
          clone</command> est que, comme nous l'avons vu ci dessus, elle nous
        permet de cloner les dépôts à travers le réseau. Un autre
        est qu'elle se rappelle d'où a été cloné un dépôt, ce qui est utile
        quand on veut mettre à jour le clone.</para>

      <para id="x_14">Si votre opération de clonage réussit, vous devriez maintenant
        avoir un répertoire local appelé <filename class="directory">hello</filename>. 
        Ce répertoire contiendra quelques fichiers.</para>

      &interaction.tour.ls;

      <para id="x_15">Ces fichiers ont le même contenu et historique dans votre dépôt
        qu'ils ont dans le dépôt que vous avez cloné.</para>

      <para id="x_16">Chaque dépôt Mercurial est complet, autonome et
        indépendant. Il contient sa propre copie privée des fichiers du
        projet et de leur historique. Le clone d'un dépôt se souvient de la
        localisation du dépôt à partir duquel il a été cloné, mais il ne
        communique pas avec ce dernier, ou un autre, à moins que vous ne lui
        demandiez.</para>

      <para id="x_17">Tout ceci signifie pour le moment que nous
        sommes libres d'expérimenter avec ce dépôt, confiants dans le fait
        qu'il s'agit d'un <quote>bac à sable</quote> qui n'affectera personne
        d'autre.</para>

    </sect2>  
    <sect2>
      <title>Quel est le contenu d'un dépôt ?</title>

      <para id="x_18">Prêtons plus attention un instant au contenu d'un dépôt. 
        Nous voyons qu'il contient un répertoire nommé <filename class="directory">.hg
        </filename>. C'est ici que Mercurial conserve toutes ses
        métadonnées.</para>

      &interaction.tour.ls-a; 

      <para id="x_19">Le contenu du répertoire <filename class="directory">.hg
        </filename> et ses sous-répertoires sont les seuls propres à Mercurial. 
        Tous les autres fichiers et répertoires dans le dépôt sont à vous, et 
        vous pouvez en faire ce que vous voulez.</para>

      <para id="x_1a">Pour introduire un peu de terminologie, le répertoire 
        <filename class="directory">.hg</filename> est un <quote>vrai</quote> 
        dépôt, et tous les fichiers et les répertoires qui coexistent avec lui, 
        sont désignés sous le nom <emphasis>espace de travail</emphasis>. Une 
        manière facile de se rappeler cette distinction est de retenir que le 
        <emphasis>dépôt</emphasis> contient l'<emphasis>historique</emphasis>
        de votre projet, alors que l'<emphasis>espace de travail</emphasis> 
        contient un "<emphasis>snapshot</emphasis>"  de votre projet à un certain 
        point de son historique.</para>

    </sect2>
  </sect1>
  <sect1>
    <title>Une promenade dans l'historique</title>

    <para id="x_1b">Une des premières choses que vous aurez envie 
      de faire avec un nouveau dépôt, sera de comprendre son historique. 
      La commande <command role="hg-cmd">hg log</command> vous donne une 
      vue de l'historique.</para>

    &interaction.tour.log;

    <para id="x_1c">Par défaut, cette commande affiche à l'écran un bref paragraphe pour chaque
      révision enregistrée pour ce projet. Dans la terminologie de Mercurial, nous
      appelons chacun de ces évènements enregistrés un <emphasis>changeset</emphasis>, parce
      qu'il contient un ensemble de modifications sur plusieurs fichiers.</para>

    <para id="x_1d">La commande <command role="hg-cmd">hg log</command> affiche 
    ainsi ces informations :</para>

    <itemizedlist>
      <listitem><para id="x_1e"><literal>changeset</literal> : Ce champ contient 
        un nombre, séparé par deux points (:), d'une chaine hexadécimale. Il 
        s'agit en fait d'<emphasis>identifiants</emphasis>  d'un <quote>changeset</quote>. Il y a 
        deux identifiants car le numéro de la révision est plus court et plus 
        facile à saisir qu'une séquence hexadécimale.</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_1f"><literal>user</literal> : L'identité de la personne 
          qui a créé ce <!--ntd %%% laisser le terme anglais car il sera affiché-->
          <quote>changeset</quote>. C'est un champ libre de forme, mais la plupart du
        temps il contient le nom et l'email de la personne.</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_20"><literal>date</literal> : La date et l'heure à 
              laquelle le <quote>changeset</quote> a été créé, ainsi que le fuseau horaire dans 
        lequelle il a été créé. (La date et l'heure sont locales à ce
        <quote>fuseau</quote>, elles indiquent donc quelle date et heure il était
        pour la personne qui a créé ce <quote>changeset</quote>.)</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_21"><literal>summary</literal>: La première ligne du 
              message que le créateur a associé à son <quote>changeset</quote> pour le décrire.</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_67d">Certains <quote>changesets</quote>, comme le premier de la
        liste ci-dessus ont un champ <literal>tag</literal>. Le tag est une autre
        façon d'identifier un changeset en lui donnant un nom simple à retenir.
        (Le tag nommé <literal>tip</literal> est spécial : il fait toujours
        référence au dernier changement dans le dépôt.)</para></listitem>
    </itemizedlist>

    <para id="x_22">Par défaut, la commande <command role="hg-cmd">hg log</command> 
      n'affiche qu'un résumé, il manque beaucoup de détails.</para>

    <para id="x_23">La figure <xref linkend="fig:tour-basic:history"/> fournit une 
      représentation graphique de l'historique du dépôt <filename class="directory">hello
      </filename>, pour voir plus facilement dans quelle direction 
      l'historique se <quote>déroule</quote>. Nous reviendrons régulièrement 
      sur cette représentation dans ce chapitre et ceux qui suivent.</para>


    <figure id="fig:tour-basic:history">
      <title>Historique graphique du dépôt <filename
                    class="directory">hello</filename></title>
      <mediaobject>
        <imageobject><imagedata fileref="figs/tour-history.png"/></imageobject>
        <textobject><phrase>XXX add text</phrase></textobject>
      </mediaobject>
    </figure>


    <sect2>
      <title>Changesets, révisions, et collaboration</title>
      
      <para id="x_25">Comme l'anglais est réputé pour être un langage maladroit,
        et que l'informatique est la source de bien des erreurs de terminologie
        (pourquoi utiliser un seul terme quand quatre feront l'affaire ?), la
        gestion de révisions a une variété de mots et de phrases qui veulent dire
        la même chose. Si vous discutez d'historique de Mercurial avec d'autres
        personnes, vous constaterez que souvent, le mot <quote>changeset</quote>
        est contracté simplement en <quote>change</quote> ou (à l'écrit)
        <quote>cset</quote>, et même parfois 
        <quote>révision</quote>, abrégé en <quote>rev</quote>.</para>

      <para id="x_26">Bien que le <emphasis>mot</emphasis> que vous utilisez pour 
        désigner le concept de changeset importe peu, l'<emphasis>identifiant</emphasis> 
        que vous utilisez pour désigner un <emphasis>changeset</emphasis> spécifique 
        a une grande importance. Rappelez vous que le champ <quote>changeset</quote> affiché par la
        commande <command role="hg-cmd">hg log</command> identifie un <quote>changeset</quote> à
        la fois avec un numéro de révision et une séquence hexadécimale.</para>

      <itemizedlist>
        <listitem><para id="x_27">Le numéro de révision est <emphasis>seulement 
        valable dans ce dépôt</emphasis>,</para></listitem>
        <listitem><para id="x_28">La séquence hexadécimale est un
        <emphasis>identifiant permanent, et invariant</emphasis> qui 
        pourra toujours être associé au <quote>changeset</quote> exact de <emphasis>chaque</emphasis> 
        copie de votre dépôt.</para></listitem></itemizedlist>

      <para id="x_29">La distinction est importante. Si vous envoyez un email 
         à quelqu'un en parlant de la <quote>révision 33</quote>, il est très 
         probable que sa <quote>révision 33</quote> <emphasis>ne sera pas la même</emphasis> 
         que la votre. La raison de ceci est que le numéro de révision dépend 
         de l'ordre dans lequel les modifications sont arrivées dans le dépôt, 
         et il n'y a aucune garantie que les mêmes changements soient arrivés 
         dans le même ordre dans différents dépôts. Trois modifications
         <literal>a, b, c</literal> peuvent aisément apparaitre dans un dépôt 
         comme <literal>0, 1, 2</literal>, et dans un autre comme <literal>0, 2, 1
         </literal>.</para>

      <para id="x_2a">Mercurial utilise les numéros de révision uniquement comme des raccourcis
          pratiques. Si vous devez discuter d'un <quote>changeset</quote> avec quelqu'un,
          ou identifer un <quote>changeset</quote> pour une quelconque raison (par exemple,
          un rapport de <quote>bug</quote>), utilisez la séquence hexadécimale.</para>

    </sect2>
    <sect2>
      <title>Afficher une révision spécifique</title>

      <para id="x_2b">Pour réduire la sortie de <command role="hg-cmd">hg log
        </command> à une seule révision, utilisez l'option <option role="hg-opt-log">-r
        </option> (ou <option role="hg-opt-log">--rev</option>). Vous pouvez utiliser
        le numéro de révision ou la séquence hexadécimale comme identifiant, et
        demander autant de révisions que vous le souhaitez.</para>

      &interaction.tour.log-r;

      <para id="x_2c">Si vous voulez voir l'historique de plusieurs révisions
        sans avoir à les énumérer, vous pouvez utiliser un <emphasis>intervalle
        de numérotation</emphasis> qui vous permet d'exprimer l'idée <quote>je
        veux toutes les révisions entre <literal>abc</literal> et <literal>def</literal>
        inclus</quote>.</para>

      &interaction.tour.log.range;

      <para id="x_2d">Mercurial respecte aussi l'ordre dans lequel vous spécifiez
        les révisions, ainsi <command role="hg-cmd">hg log -r 2:4</command>
        affichera <literal>2, 3, 4</literal> alors que <command role="hg-cmd">hg
        log -r 4:2</command> affichera <literal>4, 3, 2</literal>.</para>

    </sect2>  
    <sect2>
      <title>Informations détaillées</title>

      <para id="x_2e">Le résumé affiché par <command role="hg-cmd">hg log</command> 
        est suffisant si vous savez déjà ce que vous cherchez. En 
        revanche, vous aurez probablement besoin de voir une description 
        complète du changement, ou une liste des fichiers modifiés si vous 
        cherchez à déterminer qu'un <quote>changeset</quote> est bien celui que vous
        recherchez. L'option <option role="hg-opt-log">-v</option> de la commande <command role="hg-cmd">hg 
        log</command> (ou <option role="hp-opt-global">--verbose</option>) vous 
        donne ces informations supplémentaires.</para>

      &interaction.tour.log-v;

      <para id="x_2f">Si vous voulez voir à la fois la description 
        et le contenu d'une modification, ajoutez l'option <option 
        role="hg-opt-log">-p</option> (ou <option role="hg-opt-log">
        --patch</option>). Ceci affiche le contenu d'une modification 
        comme un <emphasis>diff unifié</emphasis>
        <!-- \footnote{NdT: \textit{unified diff}} -->
        (si vous n'avez jamais vu de diff unifié avant, consultez la 
        section <xref linkend="sec:mq:patch"/> pour un rapide 
        survol).</para>

      &interaction.tour.log-vp;

      <para id="x_67e">L'option <option role="hg-opt-log">-p</option> est
        incroyablement utile, il est donc important dans s'en rappeler.</para>

    </sect2>
  </sect1>
  <sect1>
    <title>Tout sur les options de commandes</title>
    
    <para id="x_30">Avant d'aller plus loin sur le fonctionnement 
      des commandes de Mercurial, étudions un moment comment elles 
      fonctionnent de manière générale. Vous trouverez ça probablement 
      utile pour la suite de notre parcours.</para>

    <para id="x_31">Mercurial utilise une approche directe et cohérente 
      pour interpréter les options que vous passez aux commandes. Il suit une
      convention commune à la plupart des systèmes Unix et Linux modernes.</para>

    <itemizedlist>
      <listitem><para id="x_32">Chaque option a un nom complet. Par exemple, 
        comme nous l'avons déjà vu, la commande <command role="hg-cmd">hg 
        log</command> accepte l'option <option role="hg-opt-log">--rev
        </option>.</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_33">La plupart des options disposent de 
        noms abrégés. Aussi, au lieu d'utiliser <option role="hg-opt-log">--rev
        </option>, vous pouvez utiliser <option role="hg-opt-log">-r</option>. 
        (Les options qui n'ont pas de nom abrégé sont généralement 
        rarement utilisées).</para>
      </listitem>
      <listitem><para id="x_34">Les noms complets commencent par deux 
        tirets (par exemple <option role="hg-opt-log">--rev</option>),
        alors que les options courtes commencent avec un seul (par exemple 
        <option role="hg-opt-log">-r</option>).</para>
      </listitem>
     <listitem><para id="x_35">Les noms des options sont cohérents 
       entre les commandes. Par exemple, chaque commande qui accepte 
       un <quote>changeset ID</quote> ou un numéro de révision accepte aussi <option 
       role="hg-opt-log">-r</option> et <option role="hg-opt-log">--rev
       </option> comme arguments.</para>
     </listitem>
   </itemizedlist>

   <para id="x_36">Dans les exemples de ce livre, j'utilise les noms abrégés 
     plutôt que les noms complets. Ceci est une préférence personnelle, pas 
     une recommandation.</para>

   <para id="x_37">La plupart des commandes qui affichent une quelconque sortie 
     à l'écran, afficheront davantage avec l'option <option role="hg-opt-global">
     -v</option> (ou <option role="hg-opt-global">--verbose</option>), et
     moins avec l'option <option role="hg-opt-global">-q</option> (ou 
     <option role="hg-opt-global">--quiet</option>).</para>

    <note>
      <title>Cohérence dans le nom des options</title>
      
      <para id="x_680">Presque toujours, les commandes de Mercurial utilisent
      des noms d'options cohérentes pour se référer à des concepts identiques.
      Par exemple, si une commande concerne les <quote>changesets</quote>, vous les
      identifierez toujours avec l'option <option role="hg-opt-log">-r</option>.
      Cette utilisation cohérente des noms d'options permet de mémoriser plus
      facilement quelles options acceptent une commande.</para>
   </note>


  </sect1>
  <sect1>
    <title>Faire et vérifier des modifications</title>

    <para id="x_38">Maintenant que nous avons une bonne idée des 
      commandes pour consulter l'historique de Mercurial, regardons 
      comment faire des modifications et les examiner.</para>
     
    <para id="x_39">La première chose que nous allons faire est d'isoler notre
      exercice dans un dépôt à part. Nous allons utiliser la commande <command
        role="hg-cmd">hg clone</command>, mais nous n'avons pas besoin de faire
      une copie de dépôt distant. Comme nous avons déjà une copie locale, nous
      pouvons juste faire un clone de celle-ci à la place. C'est beaucoup plus
      rapide que de faire une copie à travers le réseau, et un dépôt cloné
      localement prend également moins d'espace disque<footnote>
      <para id="x_681">L'économie d'espace disque apparait clairement quand les
        dépôts source et destination sont sur le même système de fichier, où, dans
        ce cas, Mercurial utilisera des liens physiques pour effectuer des partages
        copie-lors-des-écritures de ses métadonnées internes. Si cette explication
        ne signifie rien pour vous, ne vous inquiétez pas : tout ceci se passe de
        manière transparente et automatique. Vous n'avez pas du tout besoin de
        comprendre ceci.</para></footnote>.</para>
  
    &interaction.tour.reclone;

    <para id="x_3a">On notera au passage qu'il est souvent considéré comme
      une bonne pratique de conserver une copie <quote>immaculée</quote>
      du dépôt distant, à partir de laquelle vous pourrez faire des 
      copies locales temporaires pour créer des <quote>bacs à sable</quote> 
      pour chaque tâche sur laquelle vous souhaitez travailler. Ceci 
      vous permet de travailler sur plusieurs choses en parallèle, 
      chacunes isolées les unes des autres en attendant que ces tâches 
      soient finies et que vous soyez prêt à les réintégrer. Parce 
      que les copies locales sont peu coûteuses, il est très rapide 
      de créer ou détruire des dépôts dès que vous n'en avez plus
      besoin.</para>

    <para id="x_3b">Dans notre dépôt <filename
        class="directory">my-hello</filename>, nous avons un fichier
      <filename>hello.c</filename> qui contient le classique <quote>hello,
        world</quote>.</para>
   
    &interaction.tour.cat1;

    <para id="x_682">Éditons ce fichier pour qu'il affiche une autre ligne
      sur la sortie standard.</para>
    
    &interaction.tour.cat2;

    <para id="x_3c">La commande Mercurial <command role="hg-cmd">hg
        status</command> nous dira ce que Mercurial sait des fichiers du
      dépôts.</para>

    &interaction.tour.status;

    <para id="x_3d">La commande <command role="hg-cmd">hg status</command>
      n'affichera pas le contenu des fichiers, mais une ligne commençant par
      <quote><literal>M</literal></quote> pour <filename>hello.c</filename>.
      À moins que vous lui demandiez, la commande <command role="hg-cmd">hg
        status</command> n'affichera aucune information sur les fichiers que
      vous n'avez pas modifiés.</para>
 
    <para id="x_3e">Le <quote><literal>M</literal></quote> indique que
      Mercurial a remarqué que nous avons modifié le fichier
      <filename>hello.c</filename>. Nous n'avons pas besoin
      <emphasis>d'informer</emphasis> Mercurial que nous allons modifier un
      fichier avant de commencer à le faire, ou que nous avons modifié un
      fichier après avoir commencé à le faire, il est capable de le découvrir
      tout seul.</para>

    <para id="x_3f">C'est déjà pratique de savoir que nous avons modifié le
      fichier <filename>hello.c</filename>, mais nous préférerions savoir
      exactement <emphasis>ce que</emphasis> nous avons changé. Pour ceci, nous
      utilisons la commande <command role="hg-cmd">hg diff</command>.</para>

    &interaction.tour.diff;

    <tip>
      <title>Comprendre les patches</title>
   
      <para id="x_683">Penser à jeter un oeil à <xref
          linkend="sec:mq:patch"/> si vous n'arrivez pas à lire la sortie
        ci-dessus.</para>
    </tip>
  </sect1>
  <sect1>
    <title>Enregistrer vos modifications dans une nouvelle révision</title>
   
    <para id="x_40">Nous pouvons modifier des fichiers, compiler et tester
      nos modifications, et utiliser les commandes <command role="hg-cmd">hg
        status</command> et <command role="hg-cmd">hg diff</command> pour
      voir les modifications effectuées, jusqu'à ce que nous soyons assez
      satisfaits pour décider d'enregistrer notre travail dans un
      <quote>changeset</quote>.</para>

    <para id="x_41">La commande <command role="hg-cmd">hg commit</command>
      vous laisse créer une nouvelle révision, nous désignerons généralement
      cette opération par <quote>faire un commit</quote> ou
      <quote>commiter</quote>.</para>

    <sect2>
    <title>Définir le nom d'utilisateur</title>

      <para id="x_42">Quand vous exécutez la commande <command
          role="hg-cmd">hg commit</command> pour la première fois, il n'est
        pas garanti qu'elle réussisse du premier coup. En effet, Mercurial
        enregistre votre nom et votre adresse avec chaque modification que
        vous effectuez, de manière à ce que vous soyez capable (ou d'autres
        le soient) de savoir qui a fait telle modification. Mercurial essaye
        automatiquement de découvrir un nom d'utilisateur qui ait un minimum
        de sens pour effectuer l'opération de <quote>commit</quote> avec. Il va essayer
        chacune des méthodes suivantes, dans l'ordre :</para>

      <orderedlist>
        <listitem><para id="x_43">Si vous spécifiez l'option <option
              role="hg-opt-commit">-u</option> avec la commande <command
              role="hg-cmd">hg commit</command>, suivi d'un nom
            d'utilisateur, ceci aura toujours la priorité sur les autres
            méthodes ci dessous.</para></listitem>
        <listitem><para id="x_44">Si vous avez défini une variable
            d'environnement <envar>HGUSER</envar>, c'est cette valeur qui est
            alors utilisée.</para></listitem>
        <listitem><para id="x_45">Si vous créez un fichier nommé <filename
              role="special">.hgrc</filename> dans votre répertoire
            \textit{home}, avec une entrée <envar
              role="rc-item-ui">username</envar>, c'est la valeur associée
            qui sera utilisée. Pour voir à quoi ressemble le contenu de ce
            fichier regardez la section <xref
              linkend="sec:tour-basic:username"/>
            ci-dessous.</para></listitem>
        <listitem><para id="x_46">Si vous avez défini une variable
            d'environnement <envar>EMAIL</envar> celle ci sera utilisée
            ensuite.</para></listitem>
        <listitem><para id="x_47">Enfin, Mercurial interrogera votre système
            pour trouver votre nom d'utilisateur local ainsi que le nom de la
            machine hôte, et il fabriquera un nom d'utilisateur à partir de
            ces données. Comme il arrive souvent que ce genre de nom soit
            totalement inutile, il vous préviendra en affichant un message
            d'avertissement.</para></listitem>
      </orderedlist>
   
      <para id="x_48">Si tous ces mécanismes échouent, Mercurial n'exécutera
        pas la commande, affichant un message d'erreur. Dans ce cas, il ne
        vous laissera pas effectuer de <quote>commit</quote> tant que vous n'aurez pas
        défini un nom d'utilisateur.</para>
   
      <para id="x_49">Vous devriez penser à utiliser la variable
        d'environement <envar>HGUSER</envar> et l'option <option
          role="hg-opt-commit">-u</option> comme moyen pour
        <emphasis>changer</emphasis> le nom d'utilisateur par défaut. Pour
        une utilisation normale, la manière la plus simple et robuste
        d'opérer est de créer un fichier <filename
          role="special">.hgrc</filename>, voir ci-dessous pour les détails
        à ce sujet.</para>

      <sect3 id="sec:tour-basic:username">
        <title>Créer un fichier de configuration pour Mercurial</title>

        <para id="x_4a">Pour définir un nom d'utilisateur, utilisez votre 
          éditeur de texte favori pour créer un fichier <filename 
            role="special">.hgrc</filename> dans votre répertoire home. 
          Mercurial va utiliser ce fichier pour retrouver votre 
          configuration personnelle. Le contenu initial devrait
          ressembler à ceci :</para>
   
        <tip>
          <title><quote>Home directory</quote> sous Windows</title>
   
          <para id="x_716">Quand on parle de répertoire <quote>home</quote>, sur une version
            anglaise d'une installation de Windows, il s'agira habituellement
            d'un répertoire nommée comme votre nom dans <filename>C:\Documents 
              and Settings</filename>. Vous pouvez trouver de quel répertoire
            il s'agit en lançant une fenêtre d'interpréteur de commande et en
            exécutant la commande suivante :</para>
          
          <screen><prompt>C:\</prompt> <userinput>echo
              %UserProfile</userinput></screen>
        </tip>
   
        <programlisting># This is a Mercurial configuration file.
[ui]
username = Firstname Lastname &lt;email.address@domain.net&gt;</programlisting>

        <para id="x_4b">La ligne avec <literal>[ui]</literal> commence une
          <emphasis>section</emphasis> du fichier de configuration, ainsi la ligne
          <quote><literal>username = ...</literal></quote> signifie <quote>
            définir la valeur de l'élément <literal>username</literal> dans la
            section <literal>ui</literal></quote>. Une section continue jusqu'à ce
          qu'une nouvelle commence, ou que la fin du fichier soit atteinte.
          Mercurial ignore les lignes vides et traite tout texte situé à la suite
          d'un <quote><literal>#</literal></quote> jusqu'à la fin de la ligne
          comme un commentaire.</para>

      </sect3>
      <sect3>
        <title>Choisir un nom d'utilisateur</title>
 
        <para id="x_4c">Vous pouvez utiliser n'importe quelle valeur 
          pour votre <literal>username</literal>, car cette information 
          est destinée à d'autres personnes et non à être interprétée 
          par Mercurial. La convention que la plupart des personnes
          suivent est d'utiliser leur nom suivie de leur adresse email,
          comme montré ci-dessus :</para>
        <note>
          <para id="x_4d">Le mécanisme interne du serveur web intégré à Mercurial,
            masque les adresses emails, pour rendre plus difficile leurs
            récupérations par les outils utilisés par les spammmers.
            Ceci réduit la probabilité que de recevoir encore plus de
            spam si vous vous publiez un dépôt sur internet.</para>
        </note>
      </sect3>
    </sect2>
    <sect2>
        <title>Rédiger un message de <quote>commit</quote></title>
  
        <para id="x_4e">Lorsqu'on effectue une opération de <quote>commit</quote>, Mercurial
        lance automatiquement un éditeur de texte pour permettre de saisir
        un message qui décrira les modifications effectuées dans cette
        révision. Ce message est nommé le <emphasis>message de commit</emphasis>. 
        Ce sera un enregistrement pour tout lecteur expliquant le pourquoi 
        et le comment de vos modifications, et il sera affiché par la 
        commande <command role="hg-cmd">hg log</command>.</para>
 
      &interaction.tour.commit; 
  
      <para id="x_4f">L'éditeur que la commande <command role="hg-cmd">hg 
          commit</command> déclenche ne contiendra qu'une ligne vide suivi 
        d'un certain nombre de lignes commençant par <quote><literal>HG:
        </literal></quote>.</para>
    
        <programlisting>
    This is where I type my commit comment.
    
    HG: Enter commit message.  Lines beginning with 'HG:' are removed.
    HG: --
    HG: user: Bryan O'Sullivan &lt;bos@serpentine.com&gt;
    HG: branch 'default'
    HG: changed hello.c</programlisting>


      <para id="x_50">Mercurial ignore les lignes qui commencent 
        avec <quote><literal>HG:</literal></quote>, il ne les 
        utilise que pour nous indiquer quels fichiers modifiés il se
        prépare à <quote>commiter</quote>. Modifier ou effacer ces lignes n'a
        aucune conséquence sur l'opération de <quote>commit</quote>.
      </para>

    </sect2>
    <sect2>
        <title>Rédiger un message approprié</title>
  
      <para id="x_51">Comme <command role="hg-cmd">hg log</command> n'affiche
          que la première ligne du message de <quote>commit</quote> par défaut, il est souvent
          considéré comme une bonne pratique de rédiger des messages de <quote>commit</quote>
        qui tiennent sur une seule ligne. Voilà un exemple concret de message 
        de <quote>commit</quote> qui <emphasis>ne suit pas</emphasis> cette directive, et
        qui a donc un résumé peu lisible.</para>

      <programlisting>
changeset:   73:584af0e231be
user:        Censored Person &lt;censored.person@example.org&gt;
date:        Tue Sep 26 21:37:07 2006 -0700
summary:     include buildmeister/commondefs.   Add an exports and install
      </programlisting>
  
      <para id="x_52">À ce sujet, il faut noter qu'il n'existe pas de règle 
        absolue dans ce domaine. Mercurial lui-même n'interprète pas les 
        contenus des messages de <quote>commit</quote>, ainsi votre projet est libre de 
        concevoir différentes politiques de mise en page des messages.</para>
      
      <para id="x_53">Ma préférence personnelle va au message court, mais 
        informatif, qui offre des précisions supplémentaires par rapport à ce 
        que pourrait m'apprendre une commande <command role="hg-cmd">hg log 
          --patch</command>.</para>
      
      <para id="x_55">Si vous exécutez la commande <command role="hg-cmd">hg
          commit</command> sans aucun argument, elle enregistre tous les 
        changements qui ont été fait, et qui sont indiqué par les commandes
        <command role="hg-cmd">hg status</command> et  <command 
          role="hg-cmd">hg diff</command>.</para>
      
      <note>
        <title>Une surprise pour les utilisateurs habitués à Subversion</title>
   
        <para id="x_717">Comme n'importe quel autre commande de Mercurial, si
          vous ne soumettez pas de manière explicite les noms des fichiers à
          <quote>commiter</quote> à la commande <command role="hg-cmd">hg commit</command>, elle
          va travailler sur l'ensemble du répertoire de travail. Soyez conscient
          de ceci si vous venez du monde Subversion ou CVS, car vous pourriez
          vous attendre à ce qu'elle opère uniquement sur le répertoire courant et ses
          sous-répertoires.</para>
      </note>
    </sect2>
    <sect2>
        <title>Annuler un <quote>commit</quote></title>

      <para id="x_54">Si, en rédigeant le message, vous décidez que 
          finalement vous ne voulez pas effectuer ce <quote>commit</quote>, il suffit 
        de quitter simplement l'éditeur sans sauvegarder. Ceci n'aura aucune 
        conséquence sur le dépôt ou les fichiers du répertoire de 
        travail.</para>
    </sect2>
  
    <sect2>
      <title>Admirer votre travail</title>
  
      <para id="x_56">Une fois que votre <quote>commit</quote> est terminé, vous
        pouvez utiliser la commande <command role="hg-cmd">hg tip</command>
        pour afficher le <quote>changeset</quote> que vous venez de créer. Cette
        commande produit une sortie à l'écran qui est identique à celle du
        <command role="hg-cmd">hg log</command>, mais qui n'affiche que la
        dernière révision du dépôt.</para>
 
      &interaction.tour.tip; 
  
      <para id="x_57">On fait couramment référence à la dernière révision 
        du dépôt comme étant la <emphasis>révision tip</emphasis>, ou plus
        simplement le <emphasis>tip</emphasis>.</para>
  
      <para id="x_684">Au passage, la commande <command role="hg-cmd">hg
          tip</command> accepte la plupart des options qu'accepte 
        <command role="hg-cmd">hg log</command>. Ainsi <option
          role="hg-opt-global">-v</option> ci-dessus implique <quote>soit
          verbeux</quote>, <option role="hg-opt-tip">-p</option>
        veut dire <quote>affiche le patch</quote>. L'utilisation de l'option
        <option role="hg-opt-tip">-p</option> pour afficher un patch est un
        autre exemple de la cohérence des commandes évoquée plus tôt.</para>

    </sect2>
  </sect1>
  <sect1>
    <title>Partager ses modifications</title>

    <para id="x_58">Nous avons mentionné plus haut que les dépôts 
      de Mercurial sont autosuffisants. Ce qui signifie que la nouvelle
      révision que vous venez de créer existe seulement dans votre 
      répertoire <filename class="directory">my-hello</filename>. Étudions 
      comment propager cette modification dans d'autres dépôts.</para>

    <sect2 id="sec:tour:pull">
      <title>Récupérer les modifications d'autres dépôts</title>

      <para id="x_59">Pour commencer, construisons un clone de notre dépôt 
        <filename class="directory">hello</filename> qui ne contiendra pas 
        le changement que nous venons d'effectuer. Nous l'appellerons notre 
        dépôt temporaire <filename
          class="directory">hello-pull</filename>.</para>
 
      &interaction.tour.clone-pull;
 
      <para id="x_5a">Nous allons utiliser la commande <command
          role="hg-cmd">hg pull</command> pour envoyer les modifications
        depuis <filename class="directory">my-hello</filename> dans <filename
          class="directory">hello-pull</filename>. Néanmoins, récupérer
        aveuglement des modifications depuis un dépôt a quelque chose d'un
        peu effrayant. Mercurial propose donc une commande <command
          role="hg-cmd">hg incoming</command> qui permet de savoir quelles
        modifications la commande <command role="hg-cmd">hg pull</command>
        <emphasis>pourrait</emphasis> entraîner dans notre dépôt, et ceci
        sans effectuer réellement de modification dessus.</para>

      &interaction.tour.incoming; 
  
      <para id="x_5c">Apporter les modifications rapatriées dans un dépôt se
        résume donc à exécuter la commande <command role="hg-cmd">hg
          pull</command>, et préciser depuis quel dépôt effectuer le <command
          role="hg-cmd">hg pull</command>.</para>
      
      &interaction.tour.pull;
  
      <para id="x_5d">Comme vous le voyez avec une sortie avant et après de la
        commande <command role="hg-cmd">hg tip</command>, nous avons réussi à
        récupérer aisément les modifications dans notre dépôt. Il reste néanmoins
        quelque chose à faire avant de retrouver ces modifications dans l'espace de
        travail.</para>
   
      <tip>
        <title>Récupérer des changements précis</title>
   
        <para id="x_5b">Il est possible à cause du délai entre l'exécution de la
          commande <command role="hg-cmd">hg incoming</command> et l'exécution de
          la commande <command role="hg-cmd">hg pull</command>, que vous ne
          puissiez pas voir toutes les modifications que vous rapporterez d'un
          autre dépôt. Supposons que vous récupériez les modifications d'un dépôt
          situé quelque part sur le réseau. Alors que vous regardez le résultat de
          la commande <command role="hg-cmd">hg incoming</command>, et avant que
          vous ne décidiez de récupérer ces modifications, quelqu'un peut ajouter
          de nouvelles révisions dans le dépôt distant. Ce qui signifie que vous
          récupérez plus de révisions que ce que vous aviez regardées en utilisant
          la commande <command role="hg-cmd">hg incoming</command>.</para>

        <para id="x_718">Si vous voulez seulement récupérer ce que vous aviez
          vérifié à l'aide de la commande <command role="hg-cmd">hg
            incoming</command>, ou que pour d'autres raisons vous ne souhaitiez
          récupérer qu'un sous ensemble des révisions supplémentaires
          disponibles, indiquez simplement les modifications que vous souhaitez
          récupérer par leurs ID de révision, soit <command>hg pull
            -r7e95bb</command>. </para>
      </tip>
  
    </sect2>
    <sect2>
      <title>Mise à jour de l'espace de travail</title>
  
      <para id="x_5e">Nous avons jusqu'à maintenant grossièrement défini la
        relation entre un dépôt et un espace de travail. La commande <command
          role="hg-cmd">hg pull</command> que nous avons exécutée dans la section 
        <xref linkend="sec:tour:pull"/> a apporté des modifications, que nous
        avons vérifiées, dans notre dépôt, mais il n'y a aucune trace de ces
        modifications dans notre espace de travail. En effet, <command
          role="hg-cmd">hg pull</command> ne touche pas (par défaut) à l'espace
        de travail. C'est la commande <command role="hg-cmd">hg update</command>
        qui s'en charge.</para>
 
      &interaction.tour.update;
  
      <para id="x_5f">Il peut sembler un peu étrange que la commande <command
          role="hg-cmd">hg pull</command> ne mette pas à jour l'espace de travail
        automatiquement. Il y a en fait une très bonne raison à cela : vous
        pouvez utiliser la commande <command role="hg-cmd">hg update</command>
        pour mettre à jour votre espace de travail à l'état dans lequel il était 
        à <emphasis>n'importe quelle révision</emphasis> de l'historique du dépôt. 
        Si vous aviez un espace de travail contenant une ancienne
        révision&emdash;pour chercher l'origine d'un bug, par exemple&emdash;et
        que vous effectuiez un <command role="hg-cmd">hg pull</command> qui
        mettrait à jour automatiquement votre espace de travail, vous ne seriez
        probablement pas très satisfait.</para>
  
      <para id="x_60">Néanmoins, comme les opérations de pull sont très souvent
        suivies d'un update, Mercurial vous permet de combiner les
        deux aisément en passant l'option <option role="hg-opt-pull">-u</option> 
        à la commande <command role="hg-cmd">hg pull</command>.</para>
  
      <para id="x_61">Si vous étudiez de nouveau la sortie de la commande <command
          role="hg-cmd">hg pull</command> dans la section <xref
          linkend="sec:tour:pull"/> quand nous l'avons exécutée sans l'option
        <option role="hg-opt-pull">-u</option>, vous pouvez constater qu'elle a
        affiché un rappel assez utile : vous devez encore effectuer une
        opération pour mettre à jour votre espace de travail.</para>

      <para id="x_62">Pour découvrir sur quelle révision de l'espace de 
        travail on se trouve, utilisez la commande <command role="hg-cmd">hg
          parents</command>.</para>
 
      &interaction.tour.parents;
   
      <para id="x_63">Si vous regardez de nouveau le dessin <xref
          linkend="fig:tour-basic:history"/>, vous verrez les flèches reliant
        entre elles les révisions. Le nœud d'où la flèche
        <emphasis>part</emphasis> est dans chaque cas un parent,
        et le nœud où la flèche <emphasis>arrive</emphasis> est un
        enfant.</para>

      <para id="x_64">Pour mettre à jour l'espace de travail d'une révision
          particulière, indiquez un numéro de révision ou un <quote>changeset
              ID</quote> à la commande <command role="hg-cmd">hg update</command>.</para>
  
      &interaction.tour.older;
   
      <para id="x_65">Si vous ne précisez pas de manière explicite de numéro 
        de révision la commande <command role="hg-cmd">hg update</command>
        mettra à jour votre espace de travail avec le contenu de la révison
        <quote>tip</quote>, comme montré dans l'exemple ci-dessus lors du second
        appel à <command role="hg-cmd">hg update</command>.</para>
    
    </sect2>
    <sect2>
      <title>Transférer les modifications vers un autre dépôt</title>
  
      <para id="x_66">Mercurial vous laisse transférer les modifications vers
        un autre dépôt, depuis votre dépôt actuel. Comme dans l'exemple du
        <command role="hg-cmd">hg pull</command> ci-dessus, nous allons créer
        un dépôt temporaire vers lequel transférer nos modifications.</para>
        
      &interaction.tour.clone-push;
  
      <para id="x_67">La commande <command role="hg-cmd">hg outgoing</command>
        nous indique quels changements nous allons transférer vers l'autre
        serveur.</para>
 
      &interaction.tour.outgoing;
  
      <para id="x_68">Et la commande <command role="hg-cmd">hg push</command> 
        effectue réellement le transfert.</para>
 
      &interaction.tour.push;
  
      <para id="x_69">Comme avec <command role="hg-cmd">hg pull</command>, la
        commande <command role="hg-cmd">hg push</command> ne met pas à jour
        le répertoire de travail du dépôt dans lequel il transfère les
        modifications. À l'inverse de <command role="hg-cmd">hg
          pull</command>, <command role="hg-cmd">hg push</command> ne fournit
        pas d'option <literal>-u</literal> pour forcer la mise à jour de
        l'espace de travail cible. Cette asymétrie est délibéré : le dépot
        vers lequel nous transférons peut très bien être un serveur distant
        et partagé par plusieurs personnes. Si nous devions mettre à jour son
        répertoire de travail alors que quelqu'un d'autre travaille dessus,
        nous risquerions de perturber son travail.</para>
  
      <para id="x_6a">Que se passe-t-il lorsque vous essayez de récupérer
        ou de transférer vos modifications et que le dépôt cible a déjà reçu
        ces modifications ? Rien de bien excitant.</para>
 
      &interaction.tour.push.nothing;
  
    </sect2>
  
    <sect2>
      <title>Emplacements par défaut</title>

      <para id="x_719">Quand nous faisons un clone d'un dépôt, Mercurial
        enregistre l'emplacement du dépôt d'origine dans le fichier
        <filename>.hg/hgrc</filename> de notre nouveau dépôt. Si nous ne
        fournissons pas d'emplacement à la commande <command>hg
          pull</command> ou à la commande <command>hg push</command>, ces
        commandes utiliseront alors cet emplacement comme valeur par défaut.
        Les commandes <command>hg incoming</command> et <command>hg
          outgoing</command> feront de même.</para>
  
      <para id="x_71a">Si vous regardez le fichier
        <filename>.hg/hgrc</filename>, vous constaterez que son contenu
        ressemble à ce qui suit.</para>
  
      <programlisting>[paths]
default = http://www.selenic.com/repo/hg</programlisting>
      
      <para id="x_71b">Il est possible&emdash;et souvent
        pratique&emdash;d'avoir un emplacement par défaut pour les commandes
        <command>hg push</command> et <command>hg outgoing</command>
        différent de celui des commandes <command>hg pull</command> et
        <command>hg incoming</command>. C'est faisable en ajoutant une entrée
        <literal>default-push</literal> à la section
        <literal>[paths]</literal> du <filename>.hg/hgrc</filename>, comme
        suit.</para>
   
      <programlisting>[paths]
default = http://www.selenic.com/repo/hg
default-push = http://hg.example.com/hg</programlisting>

    </sect2>
    <sect2>
      <title>Partager ses modifications à travers le réseau</title>
  
      <para id="x_6b">Les commandes que nous avons étudiées dans les sections
        précédentes ne sont pas limitées aux dépôts locaux. Chacune fonctionne 
        de la même manière à travers une connexion réseau, il suffit de lui 
        passer une URL à la place d'un chemin de fichier local.</para>
 
      &interaction.tour.outgoing.net;
  
      <para id="x_6c">Dans cet exemple, nous allons voir quels changements 
        nous pourrions transférer vers le dépôt distant, mais le dépôt n'est, 
        de manière tout à fait compréhensible, pas configuré pour accepter 
        des modifications d'utilisateurs anonymes.</para>
 
      &interaction.tour.push.net; 
    
    </sect2>

  </sect1>

  <sect1>
    <title>Commencer un nouveau projet</title>

    <para id="x_71c">Il est tout aussi aisé de commencer un nouveau projet
      que de travailler sur un qui existe déjà. La commande <command>hg
        init</command> crée un nouveau dépôt Mercurial vide.</para>

    &interaction.ch01-new.init;

    <para id="x_71d">Ceci crée simplement un répertoire nommé
      <filename>myproject</filename> dans le répertoire courant.</para>

    &interaction.ch01-new.ls;

    <para id="x_71e">Nous pouvons dire que <filename>myproject</filename> est
      un dépôt Mercurial car il contient un répertoire
      <filename>.hg</filename>.</para>

    &interaction.ch01-new.ls2;

    <para id="x_71f">Si vous voulons ajouter quelques fichiers préexistants
      dans ce dépôt, il suffit de les recopier dans le répertoire de travail,
      et demander à Mercurial de commencer à les suivre en utilisant la
      commande <command>hg add</command>.</para>

    &interaction.ch01-new.add;

    <para id="x_720">Une fois que nous sommes satisfaits de notre projet,
      nous pouvons commencer à ajouter nos révisions.</para>

    &interaction.ch01-new.commit;

    <para id="x_721">Il ne prend que quelques instants pour commencer à
      utiliser Mercurial sur un nouveau projet, ce qui fait aussi de ses
      points forts. Travailler avec une gestion de révision devient très
      facile, nous pouvons même l'utiliser pour les plus petits projets où
      nous aurions probablement jamais pensé utiliser un outil aussi
      complexe.</para>
  </sect1>
</chapter>

<!--
local variables: 
sgml-parent-document: ("00book.xml" "book" "chapter")
end:
-->
Tip: Filter by directory path e.g. /media app.js to search for public/media/app.js.
Tip: Use camelCasing e.g. ProjME to search for ProjectModifiedEvent.java.
Tip: Filter by extension type e.g. /repo .js to search for all .js files in the /repo directory.
Tip: Separate your search with spaces e.g. /ssh pom.xml to search for src/ssh/pom.xml.
Tip: Use ↑ and ↓ arrow keys to navigate and return to view the file.
Tip: You can also navigate files with Ctrl+j (next) and Ctrl+k (previous) and view the file with Ctrl+o.
Tip: You can also navigate files with Alt+j (next) and Alt+k (previous) and view the file with Alt+o.